IMG_20181218_180835

Nul besoin de trésor, juste un peu d’oxygène ;

Je ne recherchais rien le jour où je l’ai vue.

Pourtant, les courbes de cette sculpture d’ébène

Ont fixé mon regard d’aventurier perdu.

 

Comme par magie noire, sans que je le comprenne,

Dans cette femme-statue soudain un souffle de vie :

Voilà que cette beauté sort du plateau d’Eden,

Héritière des Massaïs au Sud de Nairobi.

 

La voilà vivante, son sourire qui m’entraîne,

Mais la raison résiste dans mon esprit tordu.

Et pendant que mon sang froid irrigue mes veines,

Mes mains s’impatientent de ces petits seins pointus.

 

Serait-il possible d’y gouter sans que j’y revienne,

Que ses lèvres douces guérissent mon apoplexie ?

Non. Je ne peux posséder cette statue d’ébène,

Car certaines beautés n’appartiennent qu’au Mali.