cajou

A la marge du Monde, il n'en fait plus partie,

Il observe les figurants du film dont il se moque.

Accidenté solitaire qu'aucun mot ne guérit,

Il s'emprisonne dans la nostalgie d'une époque.

 

Espérance médecine à ses blessures et malaises,

Il lui faut cette cure que l’on trouve dans la coque.

Ce fruit miraculeux qui le nourrit et l'apaise

Libére son esprit des tracas qui le bloquent.

 

L’anacardophile rêve de noix et de soleil qui rend fou;

Il regarde vers l’Afrique d’où proviennent les stocks.

Qu’on lui serve en régime une prophylaxie de cajou,

Pour qu’encore le plaisir et l’envie s’entrechoquent.